Deux hommes en discussion

Prendre soin de sa santé psychique

Les maladies psychiques peuvent frapper chacune et chacun d’entre nous et la personne qui en souffre n’en est jamais elle-même fautive. Nous ne sommes néanmoins pas complètement à la merci de ces maladies. Tout comme le corps, le psychisme se soigne. Les conseils énumérés ci-dessous aident à prendre soin de sa santé et à prévenir les maladies psychiques. Les questions accompagnant les conseils vous permettent d’évaluer dans quelle mesure vous les avez déjà mis en pratique dans votre vie et ce que vous pourriez encore faire.

(Les conseils ont été rédigés par Pro Mente Oberösterreich (Haute-Autriche), qui bénéficie de tous les droits www.promenteooe.at)

Rester en contact avec ses amis. C’est précieux d’avoir des amis.

J’ai confiance en mes amis, nous pouvons nous disputer. Ce qui est intime reste confidentiel. Je ne veux pas de pression émanant de mes amis mais je suis quand même là s’ils ont besoin de moi. Les amis peuvent critiquer et me permettent d’être tel-le que je suis.

  • Mon mode de vie me laisse-t-il du temps pour de véritables amitiés?
  • Ai-je une «vraie amie» ou un «vrai ami»?
  • Que puis-je faire pour réactiver de vieilles amitiés?
  • Qu’est-ce que j’attends d’une amie ou d’un ami?
  • Qu’est-ce que je suis prêt-e à apporter dans une amitié?
  • Avec qui est-ce que je veux partager mon temps libre, et avec qui je ne le veux pas ?

Demander de l’aide. Accepter de l’aide est un acte de courage – et non pas un aveu de faiblesse.

Il y a des gens prêts à m’aider si je me confie à eux. Je peux demander de l’aide sans pour autant passer pour quelqu’un de faible. Chercher de l’aide, c’est aussi avoir confiance. La perception de sa propre impuissance s’en trouve modifiée. Dans les situations particulièrement difficiles, il est important de préserver mon potentiel, de déléguer des tâches et de demander de l’aide. Les deux exigent de faire confiance et de se confier à autrui.

  • Est-ce que je crois que je vais trouver de l’aide si j’en demande?
  • Puis-je accepter que d’autres résolvent des tâches autrement que je le ferais?
  • Est-ce que j’ai le sentiment d’être soutenu quand je demande de l’aide?

Se détendre. Dans la tranquillité, il y a de la force.

Bouger volontairement, inspirer et expirer permettent de se ménager de brefs moments de détente tout au long de la journée. La détente est conditionnée par le mouvement.          Nous sommes souvent mentalement et émotionnellement trop tendus, et il nous manque le contrepoids salutaire de l’exercice physique. En raison d’un déficit de sommeil chronique dû au mode de vie occidental, de nombreuses personnes sont épuisées et difficilement en mesure de se détendre. Il ne s’agit pas seulement de détente psychique mais aussi physique.

  • Quelles sont les activités qui me permettent de «décompresser» ?
  • Dans ma vie quotidienne, ai-je la marge de manœuvre pour prendre délibérément des moments de détente ?

Ne pas se résigner. Affronter les crises de la vie.

Il faut du temps pour gérer l’émotion provoquée par les chocs, les traumatismes et les deuils. Si nécessaire, il faut prendre ce temps et l’accorder à d’autres en situation de crise. Quand rien ne va plus, il est bon de se concentrer sur les choses vitales (alimentation, mouvement, respiration, sommeil). Je ne suis pas responsable de tout. J’ai le droit d’accepter de l’aide professionnelle en situation de crise.

  • Quelles sont mes «bouées de sauvetage» en cas de crise?
  • Est-ce que je connais des personnes qui risquent de se résigner?
  • Où trouve-t-on de l’aide professionnelle?
  • Est-ce que ma conception du sens de la vie, ma religion ou ma foi sont une aide en cas de crise?

Participer. L’être humain a besoin d’une vie sociale.

En tant que membre de la société, nous ne sommes pas seulement preneurs mais aussi donneurs! D’où l’émergence de cette notion du «nous». Mais la vie sociale demande à chacun le courage d’aller à la rencontre de l’autre. Participer signifie saisir l’opportunité d’amener ses désirs, intérêts, peurs et espoirs là où des choses importantes se passent pour moi. Appartenir à une communauté, apprendre et vivre la solidarité font partie des expériences essentielles de la vie.

  • Existe-t-il une communauté, une association, une organisation à laquelle je veux participer?
  • Comment est-ce que je fais le premier pas vers une communauté?
  • Je me sens accepté-e et apprécié-e dans quel groupe?

Rester actif. Le mouvement est la condition préalable à toute évolution.

Pendant environ 2.5 millions d’années, l’homme – autrefois chasseur et cultivateur – était en moyenne huit heures par jour en mouvement. Depuis une centaine d’années, beaucoup d’entre nous passent huit heures par jour, voire plus, assis. L’activité physique et le mouvement représentent un contrepoids nécessaire à l’excès d’agitation résultant d’une surinformation, du stress au travail et de l’accélération du rythme de vie. Le mouvement et l’activité sont censés faire plaisir. En bougeant, nous promouvons la santé physique et psychique.

  • Mon mode de vie me permet-il de prendre régulièrement du temps pour bouger?
  • Quel genre d’activité physique – nager, me promener, courir, danser etc. – me fait plaisir?
  • Est-ce qu’aujourd’hui j’ai déjà pratiqué une activité physique que j’aime?

S’accepter tel que l’on est. Personne n’est parfait.

M’accepter tel que je suis veut dire connaître mes compétences, savoir les nommer et savoir ce qui me rend heureux. Donc savoir écouter mon corps et les signaux qu’il envoie et, en me fiant à mes sensations physiques et à mes sentiments, prendre les décisions qui sont bonnes pour moi. C’est en prenant conscience de mes ressources que j’arrive à comprendre  mes faiblesses, qui font aussi partie de moi, et à les accepter.

  • Où suis-je content-e de moi?
  • Qu’est-ce qui me rend heureux dans les relations?
  • Qu’est-ce qui me rend heureux dans ma profession?
  • Qu’est-ce que j’ai réussi aujourd’hui dont je puisse être content-e?
  • De quelles fautes commises aujourd’hui puis-je rire?

Apprendre de nouvelles choses. Apprendre, c’est découvrir.

Apprendre, c’est faire un voyage qui me fait sortir du quotidien, m’ouvre de nouveaux horizons et augmente ma propre estime. En décidant d’apprendre quelque chose de nouveau, je montre aussi que je suis prêt-e à me développer. Cela peut être utile du point de vue personnel  aussi bien que professionnel. Nous apprenons non seulement avec le cerveau, mais également avec tous nos sens.

  • Qu’est-ce que j’aimerais bien apprendre? Qu’est-ce qui m’en empêche?
  • Quels sont mes talents/compétences? Comment est-ce que je veux les utiliser?
  • Qu’ai-je appris qui m’a beaucoup aidé-e jusqu’ici dans ma vie?

Se montrer créatif. La créativité est un talent que chacun d’entre nous possède.

En étant créatif, j’exprime mes sentiments. De nombreuses personnes sont habitées par des aspirations, des pensées, des peurs et des besoins qu’elles n’arrivent pas à exprimer par des mots mais en étant créatives. La créativité permet de faire sortir les nombreuses tensions qui nous submergent. Beaucoup d’entre nous estiment que se ménager des moments au grand air ou se réunir pour faire de la musique constitue une véritable détente et une source de force vitale.

  • Où puis-je me montrer créatif?
  • Qu’est-ce que je sais particulièrement bien faire? (cuisiner, chanter, peindre)
  • Avec quoi est-ce que j’aime créer?
  • Combien de temps est-ce que je m’accorde pour être créatif?

En parler. La parole libère, et c’est un premier pas important.

La condition préalable à un entretien fructueux et à un échange authentique est de savoir prendre du temps. Il est humain de vouloir partager ses joies et soucis avec d’autres. Cela suppose que quelqu’un soit là, qui m’écoute. On partage ainsi les soucis et on multiplie par deux la joie. Chercher à convaincre quelqu’un n’a rien à voir avec une conversation qui, pour  permette un échange fructueux et donc créer une relation, réclame un état d’esprit particulier:  «Je veux te comprendre». 

  • Combien de temps ai-je pris aujourd’hui pour parler avec quelqu’un?
  • Quand je suis content-e, quand je ne vais pas bien, à qui puis-je le dire. Qui m’écoute?
  • Qu’est-ce qui me contrarie depuis longtemps déjà et pompe mon énergie? Et à qui puis-je le dire?

En savoir plus

Lire la brochure et la commander

Vous trouvez dans notre brochure le résumé du contenu de ce site internet.

Voir la brochure

Conseils pour parler des maladies psychiques

Lisez nos conseils destinés aux personnes psychiquement malades et à leur entourage.

En savoir plus

Top