Amies en discussion

Pourquoi cette campagne?

Les maladies psychiques sont fréquentes

La campagne tient compte du fait que les maladies psychiques, au même titre que les affections physiques, font malheureusement partie de la vie et n’épargnent personne. En Suisse, un individu sur deux souffre une fois dans sa vie d’une maladie psychique. Dans le cadre de sa famille, du travail ou des loisirs, presque chaque personne en fait donc l’expérience indirecte. Il existe un grand nombre de pathologies différentes qui revêtent une forme particulière propre à chaque individu. On ne peut donc en aucun cas mettre toutes les maladies psychiques  «dans le même panier», et il est important qu’on informe sur ces maladies.

On se tait plutôt que d’en parler

Les préjugés sont nombreux à propos des maladies psychiques: par exemple, l’idée selon laquelle les malades sont eux-mêmes responsables de leur maladie et que celle-ci résulte d’une faiblesse personnelle. Ou que, par pure paresse, les personnes concernées simulent. La honte de souffrir d’une maladie psychique est donc encore très répandue. Ces préjugés stigmatisent les malades et entraînent diverses conséquences négatives: les personnes atteintes et leurs proches s’isolent et cachent la maladie, ce qui peut l’aggraver et accroître encore la solitude. Clichés et idées reçues font aussi qu’on attend trop longtemps avant d’oser parler au médecin de famille lorsque ça ne va pas bien. C’est pourquoi les maladies psychiques sont souvent traitées trop tard par les professionnels, voire pas du tout. Une situation d’autant plus grave qu’un traitement précoce augmente les chances de guérison.

En parler, c’est aider

Ce n’est qu’en parlant ouvertement des maladies psychiques que l’on peut trouver les moyens adéquats d’y faire face. Au travail, où l’on doit réussir à se libérer de certaines tâches. Ou dans le domaine privé, où l’on veut savoir comment soutenir la personne touchée. Pour celle-ci, ne pas devoir cacher sa maladie est un grand soulagement.

Buts de la campagne

La campagne  «Comment vas-tu?» souhaite sensibiliser le public au fait qu’il est juste et nécessaire de parler ouvertement des maladies psychiques. Elle entend contribuer à ce que les personnes concernées se sentent moins exclues, et informer sur ces maladies afin de combattre les préjugés négatifs qu’elles véhiculent. La campagne veut aussi, au moyen de conseils pratiques, que les gens parlent plus facilement des maladies psychiques. Le thème de la santé psychique est également très important aux yeux des institutions responsables de la campagne car, tout comme le corps, le psychisme se soigne, et l’on peut ainsi prévenir ce type de maladies. Le site internet détaille clairement tous les buts visés par la campagne.

En savoir plus

Conseils pour en parler

Les conseils pour en parler destinés aux personnes concernées et à leur entourage constituent la partie centrale de notre campagne.

Lire les conseils pour en parler

Informer sur les maladies

Un objectif important de la campagne est d’améliorer les connaissances sur les maladies psychiques

En savoir plus

Trouver de l’aide et en apporter

Que peut-on faire soi-même en cas de problèmes psychiques? Comment peut-on soutenir quelqu’un? Comment les maladies psychiques sont-elles traitées? La campagne donne également des informations à ce sujet sur ce site internet.

En savoir plus

Prendre soin de sa santé psychique

Les organisations responsables de la campagne mettent au centre de leurs préoccupations non seulement les maladies psychiques mais aussi la santé psychique.

En savoir plus

Top