Messieurs en discussion

En parler. Conseils aux personnes souffrant de problèmes ou de troubles psychiques

Il vous est difficile de parler de vos problèmes psychiques? Vous n’êtes pas le seul (la seule)! Beaucoup d’entre nous ont peur ou se gênent de parler de leurs sentiments et de leur situation. Pourtant, cela représente un grand soulagement et un premier pas vers l’ébauche d’une solution ou vers la guérison. Vous trouvez des informations à ce sujet sous Il faut qu’on parle de santé psychique! Pourquoi?

Avant d’en parler, choisissez un cadre favorable

  • Le premier pas n’est pas forcément une conversation face-à-face. Si vous n’avez jusqu’ici jamais parlé avec quelqu’un de vos problèmes et sentiments, il se peut que vous ayez peur de la manière dont réagira votre interlocuteur. Vous pouvez choisir d’engager la conversation «en douceur», par un chat anonyme ou en composant un numéro d’appel donnant des conseils par téléphone. Pro Mente Sana et La Main Tendue proposent de telles offres. Voir Adresses.

  • Cherchez une personne de confiance. Adressez-vous à une personne en qui vous avez confiance et qui soit capable d’entendre ce que vous voulez lui dire. Il n’est pas nécessaire que ce soit une personne de votre entourage proche, il est parfois plus facile de parler avec quelqu’un de moins proche.

  • Cherchez le bon moment. Parler de ses souffrances personnelles nécessite de disposer d’un peu de temps. Ne commencez jamais à parler si votre interlocuteur ou vous-même devez partir après 10 minutes. Il vaut parfois la peine de demander quand l’interlocuteur souhaité a du temps pour une discussion.

  • Cherchez un endroit approprié. Veillez à ce que vous ne soyez pas dérangé-e et à ce que les deux partenaires de la discussion se sentent bien. Il est souvent plus facile de parler de sujets difficiles et sensibles en marchant. Une promenade en forêt pourrait donc offrir une bonne occasion.

  • Vous pouvez vous faire conseiller. Si vous vous sentez emprunté-e, vous pouvez renseigner pour savoir comment mener une discussion. Pro Mente Sana et La Main Tendue vous aident à résoudre ce genre de problèmes. Voir Adresses.

Parler sera plus facile lorsque vous aurez lu les points suivants

  • Rompre le silence soulage. En plus de la maladie proprement dite, la plupart des personnes souffrent énormément de la solitude et de l’isolement qui en résultent, parce qu’elles craignent de se livrer, de peur d’être rejetées. En règle générale, le simple fait de chercher à parler et à briser l’isolement est ressenti comme un grand soulagement.

  • La culpabilité et la honte sont inutiles. Beaucoup de personnes se sentent fautives d’être malades ou craignent de passer pour des êtres trop vulnérables ou simulateurs. Inversement, d’autres pensent que celle ou celui qui écoute pourrait se sentir coupable. Les personnes en souffrance psychique ne sont jamais responsables de leurs troubles, pas plus qu’une tierce personne ne le serait. De nombreux facteurs sont à l’origine des troubles psychiques.

  • Votre entourage se tait. Il se sent peut-être peu sûr. Beaucoup de malades psychiques souffrent du fait que personne dans leur entourage n’aborde la question de leurs sautes d’humeur ou de leurs problèmes psychiques. Ce n’est souvent pas par manque d’intérêt ou par indifférence, mais par peur de vous froisser ou de vous blesser en abordant ce type de problèmes. Ou, tout simplement, elles ne savent pas comment faire pour engager la conversation.

  • Si vous cherchez à parler, c’est aussi plus simple pour votre entourage. Si vous faites part de ce que vous ressentez et essayez de dire ce qui pourrait vous aider, vous donnez à votre entourage la possibilité d’agir. De nombreuses personnes seraient prêtes à aider, mais elles ne savent pas comment.

  • Ce n’est pas grave si la tentative d’engager la conversation échoue. Il est possible que votre interlocuteur ne réponde pas à votre demande de discussion. Même si ce n’est pas facile, ne prenez pas ce refus personnellement. Il se peut que la personne soit justement préoccupée par autre chose ou qu’elle se sente dépassée. Demandez-lui quel serait le moment favorable ou adressez-vous à une autre personne.

Engager la conversation: mode d’emploi

Ces phrases peuvent servir à briser la glace:

  • «Ces derniers temps, je ne me sens pas trop bien.»
  • «Je ne suis pas très en forme. Est-ce que je peux en parler avec toi?»
  • «J’ai en ce moment quelques problèmes et cela me ferait du bien que quelqu’un m’écoute.»

Vous parlez de vous: voilà ce qui est important.

  • Essayez d’expliquer comment vous allez. La personne en face de vous ne peut pas lire vos pensées ni deviner vos sentiments. Plus vous vous exprimez, mieux votre vis-à-vis est en mesure de vous comprendre. Etre compris soulage.

  • Supportez les moments de silence. En évoquant des situations difficiles, les mots manquent parfois à celui qui parle et à celle qui écoute. Admettez ces pauses et silences. Il suffit parfois d’enchaîner «Maintenant, je ne sais aussi pas quoi dire» pour relancer la conversation.

  • Prenez au sérieux vos propres limites. Si vous sentez que c’est trop pour vous de parler, vous pouvez à tout moment interrompre la conversation. Dites simplement: «Je m’aperçois que de parler de tout cela est trop lourd pour moi. J’en reparlerai volontiers une autre fois.»

  • Ne vous énervez pas quand on vous propose des solutions inutiles. En ayant l’intention de vous aider, votre vis-à-vis vous propose des solutions qui ne vous aident peut-être pas du tout au moment présent. Sachez reconnaître la bonne intention qui se cache derrière les conseils. Vous pouvez dire: «Tu ne dois pas me proposer de solutions, tu m’aides déjà beaucoup en m’écoutant.» Ou: «Je réfléchis à ce que tu m’as dit et j’y reviendrai quand j’ai le sentiment que cela pourra m’aider.»

  • Donnez votre avis, réagissez. Il vous faut partir de l’idée que votre interlocuteur n’est pas sûr d’avoir les mots justes durant la discussion. Si vous vous sentez bien, dites-le lui, cela facilite les échanges. Faites-lui par exemple cette remarque: «Cela me fait le plus grand bien que tu m’écoutes.»

  • Si possible, demandez de l’aide pratique. Au moment d’une crise, on ne sait pas toujours ce qui fait du bien et comment d’autres personnes peuvent soulager. Pensez qu’une aide au ménage ou la garde des enfants peut aussi être précieuse. Si vous savez ce qui pourrait vous aider, dites-le à votre interlocuteur. Il est utile de savoir comment on peut vous soulager.

  • Acceptez les limites de votre interlocuteur. Dans l’idéal, il vous offre l’ouverture, la compréhension et une oreille attentive. Mais il peut aussi arriver qu’il soit dépassé par la situation, ce que vous devez respecter. Peut-être est-ce aussi le moment de vous adresser à un spécialiste. Vous trouvez ici des adresses utiles.

  • A lui seul, le fait de parler suffit rarement. C’est certainement un grand soulagement que de parler avec des gens de votre entourage, mais c’est aux spécialistes de traiter les maladies psychiques. Plus tôt vous commencerez votre traitement, plus vite vous guérirez. Vous trouvez ici les informations sur le traitement.

Sur le lieu de travail, une situation particulière

Vous n’êtes pas obligé de communiquer à votre employeur que vous êtes en arrêt maladie à cause d’une maladie psychique. Selon la qualité du rapport de confiance existant et les conditions d’engagement, il est plus judicieux de ne pas communiquer la raison de votre congé maladie ou de la donner ultérieurement. Cependant, vos supérieurs hiérarchiques et les collaborateurs se doutent assez souvent de quoi il s’agit. C’est pourquoi il est parfois utile d’en parler brièvement et sans donner de détails. Par exemple: «Comme vous l’avez remarqué, je ne vais pas bien. Je suis en traitement et j’espère être bientôt guéri.»

En cas d’absence prolongée ou si les troubles perturbent manifestement vos performances au travail, des questions de droit du travail et des assurances se posent. Discutez avec votre thérapeute ou votre médecin pour savoir comment procéder au mieux. Il ou elle connaît bien la problématique. Pro Mente Sana peut aussi vous donner des conseils compétents en la matière. Voir Adresses.

Source: les conseillères et conseillers de Pro Mente Sana, de La Main Tendue et du Beobachter, ainsi que d’autres spécialistes ont rédigé ces conseils.

En savoir plus

Comment s’aider soi-même

Ce que vous pouvez faire vous-même en cas de problèmes psychiques.

En savoir plus

Traitement professionnel

Informez-vous sur les méthodes de traitement et les adresses.

En savoir plus

Top