Messieurs en discussion

Les maladies psychiques ont des causes complexes

On ne peut pas expliquer les maladies psychiques en appliquant des schémas simples. De nombreux facteurs biologiques (équilibre hormonal, prédisposition familiale), psychologiques (confiance en soi, tolérance à la frustration), sociaux (situation de travail, relations entre partenaires) et spirituels (sens de la vie, religion) peuvent contribuer à déséquilibrer le psychisme de l’être humain. Aujourd’hui encore, il y a beaucoup d’aspects que l’on ne comprend pas totalement. Une situation de stress, par exemple au travail, au sein de la famille ou entre partenaires, peut déclencher une crise ou une maladie psychique. Mais des modifications biologiques du corps, par exemple après une naissance, peuvent aussi faire le déclic. Les professionnels évaluent de manière différente l’influence des facteurs génétiques sur les troubles psychiques.

Les personnes qui en souffrent pensent parfois qu’elles sont elles-mêmes fautives de leur maladie. Les proches, parents ou partenaires notamment, se sentent également coupables, ce qui est compréhensible mais scientifiquement non fondé. Le malade psychique n’est pas lui-même fautif du trouble dont il souffre et les personnes elles-mêmes n’en sont jamais responsables. 

A partir de quand parle-t-on de maladie?

La frontière entre la bonne santé et la maladie n’est pas facile à fixer pour le simple profane, tant il est vrai que nous nous sentons tous, de temps à autre, tristes, anxieux ou déconcentrés. A eux seuls, des sentiments négatifs ne sont pas le signe d’une maladie. En règle générale, nous disposons d’une force de résistance psychique suffisante pour faire face au stress et aux crises sans tomber malade. Ce n’est que si cette force fait défaut et que l’on n’arrive pas à faire face aux difficultés sur une longue période que l’on peut tomber malade. Il appartient aux professionnels, les psychothérapeutes (psychologues et psychiatres), de juger s’il s’agit d’une maladie qui doit être traitée.

Les maladies psychiques sont multiples

Comme pour les affections physiques, il existe pour les maladies psychiques un grand nombre de pathologies différentes. De plus, les troubles psychiques revêtent une forme particulière propre à chaque individu.

Source: Guide du Beobachter  «Ganz normal anders» (Tout à fait normal autrement) de Thomas Ihde-Scholl

Top